mercredi 23 février 2011

LE TEXTE D'ALEXIS...

À Rome, il y a eu aussi la rencontre avec Alexis… un garçon de dix ans qui dans l’atelier « Arrêts sur images » n’a pas voulu que je regarde son texte tant qu’il ne l’avait pas terminé. Alors j’ai attendu et… j’ai enfin lu… Ça faisait :


LES CHATS DE L’AMOUR


Il y avait un chat vivant dans la liberté absolue et une chatte domestique, autrement dit « emprisonnée ». Le chat qui passait par là fut surpris de voir une si belle chatte, dans un jardin, ou plutôt dans une prison.
Le chat tomba aussitôt amoureux de la chatte. La chatte, le trouvant bien charmant, lui dit que pour qu’ils soient toujours ensemble, il fallait que le chat lui apporte un bout de liberté.
Pour la chatte, un bout de la liberté c’était un bout de la ville, le chat l’avait bien compris.
S’il prenait un immeuble ? Non, ce serait trop lourd.
Une voiture ? Non, ce serait trop gros.
Une personne ? Encore non, une personne c’est trop têtu.
Le chat ne voyait pas comment il pourrait trouver un morceau de la liberté. C’est là qu’il vit des touristes qui prenaient des phautes-o (si, c’est ainsi que ça s’appelait) de la ville. Vite le chat en prit une et s’enfuit. Il alla à la maison de la chatte, triomphant, là ou sa bienaimée l’attendait paisiblement.



La poésie des chats de l’amour

Un chat de la liberté
Et une chatte emprisonnée
Se rencontrent au printemps
C’est comme si on arrêtait le temps
La chatte demanda au chat
Un morceau de la liberté
Notre histoire ne s’arrête pas là
Le chat avait trouvé
Et là, il ramena triomphant
Le présent qu’attendait la chatte paisiblement.


Alexis


C’est bien, les ateliers !

Alexis écrit, chante, joue la comédie… et il vous invite à découvrir ses créations sur son blog : c'est ici !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire